Poitiers : comment faire de son jardin un Refuge LPO

Publié le jeudi 6 juin 2019

Article presse Nouvelle République

Insectes et petits animaux sont friands d’abris. Stéphane Troubat de la LPO Vienne, donne ses conseils pour en aménager dans son jardin.

On en voit des versions 4 étoiles dans les parcs et jardins de Poitiers, avec briques et troncs d’arbres au rez-de-chaussée, branches et paille dans les étages et tiges séchées sous les combles. Les hôtels à insectes prennent leur place dans l’espace public – la Ville en a installé à Blossac, au jardin des sens, dans le jardin des plantes et bientôt à Tison – mais aussi dans les jardins des particuliers.

Multiplier les abris naturels Pour Stéphane Troubat, animateur à la LPO Vienne, « c’est un élément mais ce n’est pas suffisant ». Les hôtels à insectes construits sur le modèle des maisons constituent un élément de sensibilisation mais pas encore de protection. Stéphane Troubat compare ce type d’aménagement aux nichoirs à oiseaux. « Les nichoirs augmentent les cavités disponibles, c’est bien, mais si les oiseaux n’ont rien à manger, ça ne sert à rien. »
A la Blaiserie, dans l’espace vert situé derrière le centre socioculturel, l’animateur a installé, avec le concours d’écoliers et de membres du conseil citoyen, un tas de bois. Aux abords des locaux de la LPO, dans la zone de la République, il a installé, avec ses collègues, un amas de bois au pied d’un arbre et un tas de pierres le long d’un mur. Ce dernier aménagement, qui emmagasine la chaleur, est idéal pour les lézards ou les papillons qui y prennent des bains de soleil.
Ces abris naturels « bénéficient à une petite faune qui a besoin de s’abriter de la lumière, de se protéger des prédateurs, de se reposer, d’hiberner. » Stéphane Troubat conseille de les multiplier dans le jardin, mais aussi de laisser l’herbe haute sur une zone.
Accueillir plus de nature L’idée est « d’accueillir plus de nature dans le jardin pour en tirer le bénéfice ». Le hérisson, qui dévore une centaine de limaces dans une nuit, devient par exemple un allié de poids pour le jardinier qui souhaite préserver ses fraises. « Et si les voisins font pareil, ça prend du sens », analyse celui qui croit en une « action collective » pour constituer des réservoirs de biodiversité.

En savoir plus

Quel abri pour quel animal ?

Dans le jardin, il est facile d’aménager des abris naturels pour accueillir une petite faune. Exemples :

  • Tas de bois. Un amas de bûches et de branchages fait le bonheur des oiseaux, batraciens, hérissons.
  • Compost. Il attire les vers, larves d’insectes, œufs de lézards, etc.
  • Tas de pierres. En tas ou en muret, disposées au pied de la maison, les pierres conservent la chaleur. Un environnement qui plaît aux lézards et aux papillons.
  • Feuilles mortes. Insectes et vers apprécient la chaleur et l’humidité sous les feuilles.

Source : La Nouvelle République, Vienne 05/06/2019