Les mangeoires façonnent le bec des mésanges

Publié le mercredi 8 novembre 2017

Article de zoologie © Le Monde

Le bec des oiseaux est une jauge formidable, pour qui veut mesurer les processus de l’évolution des espèces. N’est-ce pas grâce à leur bec que les pinsons des Galapagos ont acquis leur renommée ? Charles Darwin, dit-on, forgea sa fameuse théorie de l’évolution en observant leur taille et leurs forme, en 1835.

Nos vieux jardins d’Europe n’ont rien à envier aux lointaines Galapagos. La preuve : l’évolution du bec des mésanges charbonnières. Les Britanniques adorent les nourrir : ils dépensent deux fois plus que tous les autres européens réunis dans des mangeoires et des aliments pour oiseaux. Cet innocent passe-temps semble avoir eu un effet très rapide. en quelques décennies, le bec des mésanges du Royaume-Uni a sensiblement rallongé. C’est ce que montre une étude publiée dans "Science" le 20 octobre, associant des universités du Royaume-Uni et des Pays-Bas.

Les auteurs ont comparé l’ADN de 2322 mésanges charbonnières vivant au Royaume-Uni ou aux Pays-Bas. Entre ces deux populations, ils ont trouvé des différences marquées dans des gènes associés à la forme du bec. En particulier, un variant spécial d’un gène déterminant la production de collagène, le gène COL4A5, est associé à des becs plus longs. Mais ce variant est plus fréquent chez les mésanges du Royaume-Uni.

En parallèle, les auteurs ont mesuré les becs de mésanges charbonnières naturalisées, conservées dans des musées d’Europe depuis 70 ans. Résultat : les oiseaux du Royaume-Uni ont un bec légèrement plus long - d’environ 1 millimètre - que leurs congénères d’Europe. Surtout, les chercheurs ont repris les mesures du bec réalisées depuis 26 ans sur des mésanges vivantes. Résultat : entre les années 1970 et aujourd’hui, le bec des mésanges britanniques s’est allongé d’environ un dixième de millimètre. "C’est vraiment un court laps de temps pour voir émerger une différence de cet ordre", s’étonne le professeur Jon Slate, de l’université de Sheffield, dernier auteur.

De plus, les mésanges qui portent le variant génétique associé aux longs becs ont un succès reproductif plus grand. "Ce variant confère un avantage reproductif, suggérant que la sélection naturelle en faveur des longs becs est toujours à l’oeuvre", témoigne Mirte Bosse, premier auteur.

Quid du lien avec les mangeoires ? La longueur du bec, on le sait, est liée aux ressources alimentaires. Les mésanges du Royaume-Uni et des Pays-Bas ont un régime analogue, à base d’insectes, de baies et de graines. En revanche, les mésanges du Royaume-Uni ont davantage accès à des mangeoires. Les chercheurs ont suivi des mésanges marquées par des dispositifs électroniques. Verdict : les oiseaux porteurs de deux copies du "gène des longs becs" visitent plus fréquemment les mangeoires que ceux qui n’en portent qu’une seule copie ou qui portent deux copies du variant associé à des becs plus courts.

Le scénario serait le suivant : "Une ressource alimentaire est mise à disposition d’une manière nouvelle. Les individus au bec plus long y ont accès plus facilement. Ils survivent mieux à l’hiver et arrivent à la saison de reproduction dans un état physiologique meilleur. Leur plumage présente plus de caroténoïdes et de mélanine, un élément-clé dans le choix du partenaire sexuel chez les mésanges. Le succès reproducteur est donc plus élevé. Le trait est héritable, et le phénomène se renforce d’année en année", résume Jérôme Fuchs, chercheur au Museum national d’histoire naturelle.

Laboratoires naturels, nos jardins montrent comment l’évolution des espèces se mesure parfois d’une génération à l’autre - nul besoin d’attendre des millions d’années ! Et combien l’influence humaine peut ici être marquée.

Source : Florence Rosier © Le Monde du 1er novembre 2017