L’Europe a perdu plus de 420 millions d’oiseaux communs en 30 ans

Publié le jeudi 16 novembre 2017 - Mis à jour le mardi 21 novembre 2017

Les modes de gestion actuels de l’environnement ne permettent pas d’enrayer le déclin de nombreuses espèces d’oiseaux, considérées "communes", selon une étude d’« Ecology Letters »

C’est une hécatombe : avec 421 millions d’oiseaux de moins en trente ans, la gestion actuelle de l’environnement en Europe apparaît incapable d’enrayer la disparition de nombreuses espèces récemment encore considérées comme communes, révèle une étude publiée, lundi 3 novembre 2017, par le journal scientifique "Ecology Letters", qui critique les méthodes modernes d’agriculture et la disparition de l’habitat.

A l’inverse du déclin, allant jusqu’à 90 %, enregistré chez des espèces aussi communes que la perdrix grise Perdix perdix, l’alouette des champs Alauda arvensis, le moineau domestique Passer domesticus et l’étourneau sansonnet Sturnus vulgaris, on note pendant la même période l’amélioration des effectifs de certaines espèces rares d’oiseaux grâce à des mesures de conservation, selon l’étude.

UN AVERTISSEMENT

« C’est un avertissement qui vaut pour toute la faune européenne. La manière dont nous gérons l’environnement est insoutenable pour nos espèces les plus communes », explique Richard Gregory, de la RSPB (Royal Society for the Protection of Birds), qui a codirigé l’étude.

Les scientifiques, qui recommandent l’application rapide de nouveaux schémas agricoles et la mise en place de zones vertes en milieu urbain, ont analysé des données portant sur 144 espèces d’oiseaux de 25 pays européens, collectées en général par des observateurs bénévoles.

Source : Texte adapté d’après un article paru dans Le Monde/Planète - novembre 2017