Historique du programme Refuges LPO

Publié le lundi 11 janvier 2021 - Mis à jour le mercredi 5 mai 2021

JPEG - 15.7 ko
La LPO compte aujourd’hui plus de 35 000 terrains labellisés Refuges LPO allant du jardin de particulier, de balcons ou terrasses, d’espaces verts communaux ou d’entreprises à de nombreux établissements (écoles, hôpitaux…) totalisant 46 000 hectares d’espaces de nature préservés. Les Refuges LPO c’est aussi un réseau de 130 coordinateurs, des salariés et des bénévoles, qui font vivre le programme partout en France, plusieurs centaines d’animations, des rencontres et d’évènements. Mais avant tout le réseau des Refuges, ce sont des citoyens engagés dans la protection de la nature. L’histoire des Refuges est celle que chacun d’entre vous écrit chaque jour, dans son jardin, sur son balcon, sur le terrain d’une commune, d’une entreprise ou d’un établissement.

2021 signe l’année du centenaire des Refuges LPO. Créé en 1921 par la LPO, le programme Refuges LPO s’est d’abord engagé dans la protection des oiseaux auxiliaires des cultures puis dans le combat de la “loi chasse” Verdeille. Le programme ne cesse de se développer pour protéger la nature qui nous entoure.

De sa naissance à nos jours, voici les grandes étapes historiques des Refuges LPO.

  • 1912 - Création de la LPO par la Société Nationale d’Acclimatation. De ce même élan en septembre 1912 naît la Réserve naturelle nationale des Sept-Îles dans les Côtes d’Armor, première Réserve ornithologique de France afin de protéger les macareux moine, des oiseaux marins de la famille des pingouins. L’ornithologue Louis Magaud d’Aubusson (1847-1917) sera le premier président de la LPO.
  • 1920 – La LPO se donne l’objectif de partager les savoirs auprès des populations agricoles et rurales afin de leur apprendre à ne plus détruire les oiseaux auxiliaires des cultures et de les protéger. Adrien Legros, délégué LPO à Valenciennes et initiateur du concept des Refuges, en fera sa devise "Pas d’oiseaux, pas de cultures, pas de restauration agricole".
L'alouette des champs (Alauda arvensis), une espèce en diminution typiquement associée aux plaines agricoles © Pixabay
L’alouette des champs (Alauda arvensis), une espèce en diminution typiquement associée aux plaines agricoles © Pixabay
  • 1921 - Création du premier Refuge LPO : le Refuge de «  la Cabine  » en Forêt domaniale de Mormal dans le Nord (59) grâce à un fond américain de la Permanent Wild Life Protection Fund donné à la Société Nationale d’Acclimatation dans le but de reboiser ce boisement dévasté par les obus de la première guerre mondiale (1914-1918).
  • 1964 - Loi Verdeille  : Le « permis de chasser » vient se greffer sur les Refuges LPO. Votée le 10 juillet 1964 et applicable en 1966 cette loi permet de chasser sur les terrains privés par la mise en place d’ACCA (Association communale de chasse agréée) sans que les privés puissent s’y opposer. La LPO débute un long combat pour contrer cette loi.
  • 1990 – Lancement d’une campagne de communication « Créez un Refuge LPO chez vous » avec entre autres le soutien de 150 parlementaires visant à faire modifier la Loi chasse Verdeille, l’objectif étant que les particuliers puissent soustraire leurs terrains de la chasse. La LPO obtiendra gain de cause avec le vote de la nouvelle loi chasse le 26 juillet 2000 permettant le droit de non-chasse pour tous.
  • 1997 - Lancement d’un 1er plan d’action associé à un plan de communication sous l’impulsion du Président de la LPO Allain Bougrain Dubourg afin de toucher le grand public et de permettre aux particuliers de créer un « Refuge LPO – jardin d’Oiseaux ». Les 4 articles de l’ancienne Charte (1990) sont réécrits pour le grand public, dont un point engage moralement le particulier à ne pas utiliser de produits chimiques de synthèse au jardin. C’est la nature de proximité qui est ciblée, plus particulièrement les oiseaux dits “communs”. (Le premier logo rougegorge du programme est créé et une plaque métallique « Refuge LPO – ici on protège la nature » permet d’officialiser son terrain comme espace de la LPO.)
  • 2001 - Création de la démarche Refuges LPO pour les collectivités (sentiers, espaces verts, parcs publics, etc.) pour mobiliser les acteurs publics dans la protection de la nature. C’est la nature en ville qui est plus particulièrement ciblée avec la mise en place de méthodes de gestion écologique (notamment la gestion différenciée) en impliquant les techniciens des espaces verts.
  • 2009 – Elargissement de la démarche Refuge aux entreprises et établissements (écoles, hôpitaux…) pour mobiliser l’ensemble des acteurs de la société. L’éducation à l’environnement est renforcée par des programmes d’animations Refuges LPO. La charte Refuges est réécrite sous forme de 4 principes.
  • 2020 – Développement du programme Refuges LPO : Mobilisation des Refuges autour de 15 gestes. Autant de clefs d’action à mettre en pratique pour protéger l’ensemble de la biodiversité.
  • 2021 – Année du centenaire des Refuges LPO.

Aujourd’hui plus que jamais, la LPO continue d’agir pour la préservation des espèces, des territoires, en un mot, des écosystèmes. Chacun peut agir et il n’y a pas de petit geste qui compte pour protéger la nature.

Merci une fois de plus de votre engagement à nos côtés.