Comment fabriquer un récupérateur d’eau de pluie ?

Publié le mardi 28 juillet 2020

L’eau est essentielle à la vie sur Terre. Récupérer l’eau de pluie est donc à la fois un geste simple et particulièrement utile pour créer les conditions propices à la vie de la faune et la flore sauvages.

Si vous plantez une haie champêtre diversifiée [1], vous pourrez aider les jeunes arbres particulièrement sensibles au stress hydrique [2] lors des fortes chaleurs en arrosant leur pied avec l’eau de pluie ainsi récupérée. L’eau est tout autant indispensable à la faune sauvage et vous aiderez les mammifères du sol comme les hérissons, mais aussi les insectes et bien évidemment les oiseaux en installant des petits points d’eau pour qu’ils s’hydratent ou s’y lavent les plumes, en veillant à les installer le plus à l’abri possible des prédateurs, et ce en toutes saisons dans votre jardin.

Découvrez comment fabriquer votre récupérateur d’eau de pluie !

Quelques conseils pour débuter

Il est possible de récupérer une cuve en plastique ou en terre mais le métal n’est pas conseillé.

  • Il est préférable de mettre en place un système filtrant en amont du récupérateur pour éviter que les débris végétaux s’accumulent dans la cuve ou obstruent la bouche d’entrée.
  • Le récupérateur doit être posé sur une surface stable et parfaitement plane.
  • Si possible le récupérateur doit être fermé pour éviter que des larves (moustiques) n’y apparaissent et s’y développent.
  • Le récupérateur peut être placé idéalement avec une exposition nord (au nord de votre maison) pour minimiser les montées de température en été (et éviter la prolifération des différents micro-organismes).
  • Si la cuve est petite, il est préférable de la vider pendant l’hiver. En cas de fortes gelées, elle pourrait éclater.
  • Pour éviter le développement des mousses, la cuve peut être protégée des UV à l’aide d’un coffrage ou d’une bâche anti-UV.
    JPEG - 219.4 ko

Comment procéder ?

Récupérateur d’eau de pluieenviron 2h

Matériel nécessaire :

  • Une cuve récupérée, achetée d’occasion (en s’assurant qu’il n’y ait pas eu de produit chimique auparavant dedans) ou en dernier recours neuve
  • Parpaings ou planches de bois pour surélever la cuve
  • Collecteur filtrant (sorte de bec verseur amovible) avec tuyau de raccordement (sortie latérale)
  • Robinet en laiton avec écrou adaptateur
  • Perceuse (avec éventuellement une scie cloche)
  • Cutter
  • Lime (si vous n’avez pas de scie cloche)
    JPEG - 156.5 ko

    Etapes de construction :

1. Préparez la surface où vous allez mettre votre cuve et positionnez des parpaings ou des planches de bois. L’idéal est que la cuve soit suffisamment surélevée pour positionner un arrosoir sous le robinet.

2. Posez le tuyau de raccordement sur la partie haute de la cuve en déterminant l’emplacement puis percez le trou. Vous pouvez utiliser une scie cloche si vous avez le diamètre correspondant au tuyau de raccordement.

Sinon percez et limez pour obtenir le diamètre idéal. Visez le tuyau de sortie avec son adaptateur. Le tuyau doit être suffisamment long pour rejoindre la gouttière.

3. Posez le robinet en partie basse de la cuve en procédant de la même manière : percez un trou du diamètre nécessaire. Puis vissez l’écrou avec un joint par l’intérieur de la cuve.

4. Installez le collecteur sur la gouttière. Pour cela, si nécessaire, découpez le collecteur au cutter pour que son diamètre soit adapté à celui de la gouttière. Repérez sur la gouttière l’emplacement du collecteur et découpez la gouttière ou démontez entièrement la descente. Le collecteur doit se trouver légèrement plus haut que le trou de raccordement dans la cuve pour permettre le bon écoulement de l’eau.

5. Branchez le tuyau de raccordement au collecteur.

Option : Pour habiller votre cuve, vous pouvez récupérer des planches de palettes et venir les fixer tout autour de votre cuve ! Enfin, installez un treillis en bois et plantez par exemple des pieds de mûriers.

JPEG - 68.2 ko

Autre piste de construction

En récupérant du bois de palette et une bâche épaisse et résistante il est aussi possible de créer un récupérateur d’eau de pluie. Vous pouvez construire un coffre à l’intérieur duquel vous viendrez placer votre bâche. Des raccordements avec la gouttière devront aussi être effectués (même principe que précédemment ou avec un coude). Néanmoins placer un robinet parait plus compliqué : pour cela prévoir une ouverture sur le dessus (coffre avec charnières par exemple) de votre bac pour venir collecter votre eau par le dessus.

Cas particulier d’un appartement avec ou sans balcon

Il n’est pas forcément possible de mettre une dérivation sur une gouttière quand on vit en appartement (règlements de copropriété, etc.). Vous devrez demander l’autorisation au conseil syndical de votre immeuble. Si c’est possible, le procédé sera à peu près le même que présenté précédemment en veillant toutefois à la dimension de la cuve (contrainte du poids que peut supporter votre terrasse ou balcon au m²) !

Sinon voici quelques pistes pour récupérer des petites quantités d’eau de pluie quand on vit en appartement avec ou sans balcon.

  • Vous pouvez par exemple récupérer un grand couvercle de poubelle et le fixer sur votre balustrade. Au centre vous pouvez percer un trou et mettre un tuyau de raccordement jusqu’à un saut ou une petite cuve.
  • Vous pouvez fixer un pot de fleur vide et étanche sur votre balustrade dans lequel vous prélèverez directement l’eau.
  • Vous pouvez également découper le haut d’une bouteille en plastique qui fera office d’entonnoir puis créer un raccordement avec des tuyaux en PVC jusqu’à un bidon/saut/cuve etc.
  • Récupérez un bout de gouttière et l’attacher le long de la balustrade et mettez en place un système de raccordement jusqu’à un collecteur.

Veillez à bien fixer vos dispositifs de récupération d’eau de pluie.

Il nous reste plus qu’à attendre que vos collecteurs se remplissent !

A vous de jouer !


[1haie constituée de différentes essences d’arbustes indigènes (noisetier, sureau noir, fusain d’Europe,...), dites essences locales

[2situation dans laquelle la demande en eau dépasse les ressources en eau disponibles.