La cour d’école de Cliousclat dégoudronnée et re-végétalisée

Ecole de Cliousclat (26) © LPO Drôme
Dans cette petite commune rurale en Drôme (26), l’équipe enseignante de l’école de Cliousclat a porté un projet de débitumisation et de renaturation de la cour d’école pour que les enfants puissent mieux connaître et vivre avec la nature. L’équipe nous explique que bien qu’entourés de milieux naturels, les enfants n’étaient plus en contact direct avec la nature. L’idée était donc de transformer cette étendue artificialisée de béton, uniquement ponctuée d’un tilleul et d’un marronnier, en une surface naturelle où les plantes spontanées referaient surface. L’objectif étant que le sol puisse retrouver aussi un équilibre naturel mais surtout que les enfants aient de nouveau accès à la nature : être en contact avec le sol, les herbes sauvages, pouvoir les toucher, expérimenter, observer...
Il a fallu se documenter, expliquer, convaincre, mobiliser les acteurs, trouver des ressources financières, matérielles et humaines. Au bout de trois ans d’efforts, la cour a commencé à être dégoudronnée en 2019. C’est un projet qui a nécessité l’implication des enseignants, parents, enfants, mairie, centre de loisirs et périscolaire, conseillère pédagogique d’éducation à l’environnement, associations de protection de la nature, entrepreneur paysagiste.

Les enfants de l'école de Cliousclat assistent au chantier © LPO Drôme
Les enfants de l’école de Cliousclat assistent au chantier © LPO Drôme

Les parents se sont associés au projet pour l’aménagement, l’entretien, ce qui a créé des liens. Les enfants ont suivi à leur tour le chantier, participé à leur mesure : ils ont délimité avec des petites pierres tous les chemins, planté des fleurs sauvages, des aromatiques, des fraises et framboisiers.
Les écoliers de Cliousclat redécouvrent aujourd’hui la nature. Cette cour est aujourd’hui plus naturelle : les enfants y jouent posément, froissent doucement les plantes odorantes, s’étonnent devant les vers de terre, cueillent fraises et framboises et modèlent toutes sortes d’objets avec la terre argileuse. Ils ont davantage conscience des saisons qui se succèdent. Les enfants alimentent aussi désormais un compost, qui est un petit milieu favorable pour la petite faune sauvage : vers de terre (lombrics), larves de cétoine dorée, merle noir, rougegorge familier...

Débitumisation de la cour d'école de Cliousclat © LPO Drôme
Débitumisation de la cour d’école de Cliousclat © LPO Drôme

Le tilleul avait déjà déformé et fracturé le goudron au fil des ans avec ses racines grossissantes. Aujourd’hui les racines de l’arbre sont libérées et le sol reçoit normalement les précipitations nécessaires à l’apport en eau. Il y a aussi des zones préservées, délimitées par des pierres, qui évoluent librement et où la biodiversité s’installe.
Une formidable initiative qui, nous l’espérons, permettra le développement d’autres démarches de débitumisation et de re-végétalisation sur des lieux accueillant des enfants ou du public.

Le tilleul de la cour de l'école retrouve un sol vivant © LPO Drôme
Le tilleul de la cour de l’école retrouve un sol vivant © LPO Drôme

« Si nous voulons que les enfants s’épanouissent, nous avons besoin de leur donner du temps pour se connecter à la nature et pour aimer la Terre, avant de leur demander de la sauver » (David Sobel, 1998).

Aujourd’hui, les enfants montrent de l’intérêt pour la nature. Ils respectent les règles d’or : « je fais attention à moi, aux autres et à la nature ».