Léa Nature

L’entreprise Léa Nature s’est engagée dans la démarche Refuges LPO en 2011. Entretien avec Capucine Decoster, Chef de projets climat et valorisation RSE de Léa Nature.

Qu’est-ce qui a motivé Léa Nature à s’engager dans la démarche Refuges LPO ?

Notre plan d’engagements RSE comprend une mission environnementale ayant pour objectif de réduire concrètement notre empreinte écologique. La labellisation Refuge LPO connue dans un article de presse, s’inscrit naturellement dans celui-ci. Depuis la signature de la Charte des Refuges LPO en 2011, LÉA NATURE est accompagnée par la LPO dans la réflexion sur les aménagements écologiques à mettre en œuvre pour favoriser la biodiversité. Le siège social et le BiO’ Pôle de Léa à Périgny (17) sont labellisés « Refuge LPO ». Nous déployons la démarche à l’ensemble de nos sites en France. Ainsi, deux sites à Périgny et quatre sites à Bazens (47), Damazan (47), Saint-Chamond (42) et Peaugres (07) seront labellisés d’ici fin 2019. Six sites entameront la démarche en 2020.

Quelles actions conjointes ont été menées sur le site de Périgny ?

La LPO réalise un diagnostic écologique (faune et flore) tous les cinq ans et propose un plan de gestion des différents sites à Périgny (bâtiments et espaces verts).
Nous avons ainsi adapté les périodes de tonte des espaces verts du siège social et de LÉA NATURE 2 pour favoriser certains cortèges de végétation et conserver notamment les secteurs à orchidées. Les espèces végétales invasives telles que le baccharis sont régulièrement éliminés pour éviter la propagation de cette espèce très envahissante. Pour améliorer l’accueil des oiseaux, une trentaine de nichoirs ont été intégré (martinets et faucon crécerelle) lors de la construction du BiO’Pôle de Léa en 2015. L’expert de la LPO a travaillé conjointement avec l’architecte de nos bâtiments du BiO’Pôle de Léa. Deux mares et des murets en pierre ont été ajoutés dans les jardins du BiO’Pôle de Léa.
Le second diagnostic écologique réalisé en 2016 a révélé la présence de 26 espèces d’oiseaux nicheurs, dont une quasi-menacée et quatre dites « vulnérables » ainsi que 15 espèces de papillons de jour, deux espèces de reptiles, six espèces de mammifères et quelques orchidées dont certaines inscrites sur la liste rouge de l’UICN. La végétation de la toiture du BiO’Pôle de Léa a été suivi durant plusieurs années dans le cadre d’une étude européenne menée par « Plante & cité ». Des gîtes à hérissons ont été installés en 2019.

Quelles actions de sensibilisation ont été mises en place avec les salariés ?

Nous sommes très satisfaits de la démarche et de la qua¬lité de l’inventaire réalisé tous les 5 ans par la LPO qui comprend plusieurs pistes d’amé¬lioration. Nous avons été agréablement surpris de constater que nos sites contiennent une bio¬diversité aussi variée, dense et parfois des espèces ou essences classées menacées.
La démarche nous a apporté des outils (diagnostic, animations) et nous a donné des idées pour mettre en place de nouvelles actions en faveur de la biodiversité et impliquer nos collaborateurs.
Depuis 2017, un concours photo est organisé annuellement en interne sur la biodiversité présente sur nos sites de fabrication afin de sensibiliser nos collaborateurs. Pour la première fois en 2019, quatre animations ont été proposées aux collaborateurs par la LPO : découverte des oiseaux, des insectes, construction de gîtes à hérisson et de nichoirs. Elles ont beaucoup plu. Nous en organisons aussi pour nos sites en région. Ces animations seront pérennisées.

Plus d’informations sur le site de Léa Nature :
https://leanature.com/