Vipère aspic (Vipera aspis)

  • Nom anglais : Aspic Vipere
  • Famille : Viperidae

Description
Vipère de taille moyenne, tête bien distincte du cou, le museau légèrement retroussé, pupille de l’œil fendue verticalement, et la queue est courte. La coloration et l’ornement sont très variables : ainsi, on observe 2 ou 3 rangées d’écailles entre l’œil et les labiales ; le dos peut être gris, brun, rougeâtre, beige, mais aussi jaunâtre ou rouge brique, marqué d’une ligne zigzagante ou de bandes transversales plus sombres ; souvent un « V » renversé est visible sur la tête. Taille : 60 cm (exceptionnellement 80 cm).

Distribution
Nord-est de l’Espagne, France (sauf le Nord-Ouest), Italie, Sicile, Elbe, Montécristo. Egalement sud-ouest de l’Allemagne et Suisse.

Habitat
Elle fréquente les biotopes secs et ensoleillés : les coteaux bien exposés, les clairières et les lisières de forêts, le bord des chemins, les talus, les pierriers, les remblais de voies ferrées, les zones broussailleuses, les ronciers, les bocages, les vignes et les anciennes carrières.

Ecologie

  • Reproduction :
    L’accouplement a lieu en mai ou en juin. Il est précédé par les affrontements rituels des mâles : ils effectuent une sorte de dans au cours de laquelle ils rampent côte à côte en dressant la tête, puis s’éloignent pour se rapprocher de nouveau et ainsi de suite. La gestation se prolonge jusqu’en août ou septembre. Le nombre de vipéreaux par portée varie de 2 à 12. Leur taille est alors de l’ordre de 20 cm. La femelle ne met pas de petits au monde chaque année ; cela est fonction de l’accumulation des graisses nutritives. La maturité sexuelle est atteinte en 3 à 5 ans.
  • Nourriture
    Surtout constituée de micro-mammifères (rongeurs, insectivores) et, exceptionnellement, de lézards et d’oiseaux.

Statut
Espèce intégralement protégée par la loi sur la protection de la nature du 10 juillet 1976 et par arrêté du 22 juillet 1993 : Interdiction sur tout le territoire national et en tout temps de détruire ou d’enlever les oeufs ou les nids, de détruire, de mutiler, de capturer ou d’enlever, de naturaliser et qu’ils soient vivants ou morts, de transporter, de colporter, d’utiliser et de commercialiser cette espèce.