Hérisson d’Europe (Erinaceus europaeus)

On ne présente plus le hérisson d’Europe, ce sympathique animal au dos hérissé de piquants qui s’aventure tout près de nos habitations. Mais que sait-on au juste de lui ? On le rencontre généralement dans nos jardins ou sur les bords de route, le plus souvent écrasé hélas ! Voici quelques précisions sur la biologie de ce petit mammifère sauvage.

  • Nom anglais : Hedgehog
  • Famille : Erinaceidés

Description

  • Longueur tête + corps : 225-275 mm
  • Longueur queue : 15-30 mm
  • Poids adulte : 400-1200 g (max 2000 g)
  • Poids à la naissance : 22-25 g

Il est impossible de le confondre avec un autre animal étant le seul en France à porter des piquants sur le dos (longueur des piquants : 3 cm). D’autres animaux portent des piquants mais vivent dans d’autres pays (Porc-épic, Tenrec). Sa longévité ne dépasse pas 10 ans mais sa moyenne d’âge dans la nature est de 2 ans car plus du tiers de sa population périt chaque année.

Répartition
Europe de l’ouest uniquement : Iles britanniques, France, Péninsule ibérique, Italie, Sicile, Sardaigne, sud Scandinavie et Allemagne de l’ouest. Remplacé à l’est par le hérisson d’Europe orientale Erinaceus concolor.

Habitat
On trouve le hérisson partout où il peut trouver gîte et nourriture. On le rencontrera ainsi en lisière de forêt, dans les prés bordés de haie (paysage de bocage) ou dans les parcs et jardins. Dans nos jardins on le dénichera plutôt sur le tas de compost où il trouvera les insectes nécessaires à son alimentation.

Alimentation
Le hérisson est un animal semi-nocturne. La nuit est consacrée à la chasse. Dès le crépuscule il cherche sa nourriture composée d’insectes, de vers, d’escargots, de limaces, d’oeufs, de fruits et de baies. Occasionnellement il s’attaque aux serpents, lézards, rongeurs, batraciens et oiseaux nichant à terre. Il passe la journée dans un gîte qu’il aménage avec des feuilles ou sous un buisson avec de rares sorties diurnes.

Il fait énormément de bruit en se goinfrant : il mastique bruyamment, grogne, s’énerve, envoie de la terre à plusieurs mètres lorsqu’il gratte le sol, fouille parmi les feuilles, renifle bruyamment.

A part ces bruitages dignes d’une bête féroce, il n’a pas un répertoire très riche. On l’entend parfois caqueter lors des moments de grande excitation. Les jeunes hérissons à la recherche de leur mère émettent un sifflement. Son organe sensoriel le plus développé est l’odorat. Il possède également une ouïe très fine.

Hibernation
A la fin de l’automne il commence à chercher un endroit pour hiberner. Ses sites d’hibernation favoris se situent généralement sous un tas de bois, un tas de feuille, sous un arbuste ou tout autre endroit à l’abri du froid et du vent. Une fois le site idéal trouvé il s’aménage un petit nid capitonné de mousse et de feuilles. Dès que la température chute en dessous de 10° C, il entre en léthargie. Il se réveille brièvement de temps à autre lorsque la température devient trop basse. Mais, à chaque réveil, il épuise ses réserves énergétiques, ce qui peut lui être fatal pour passer le reste de l’hiver. Le réveil définitif se fait au printemps, vers le mois d’avril, quelques soient les conditions climatiques.

Reproduction
Peu après la fin de l’hibernation commence la saison du rut qui dure jusqu’au mois de septembre. Après une période de gestation de 5 à 6 semaines, les femelles mettent bas 4 à 7 jeunes. Il peut y avoir 2 mises bas dans l’année. Le jeune hérisson devient adulte le printemps suivant sa naissance.

Problèmes rencontrés par le hérisson
La vie du hérisson n’est pas facile. Beaucoup de facteurs font que ce petit mammifère disparaît peu à peu de nos régions. Le tableau ci-dessous résume les principales causes de sa disparition.

  • ingestion directe de pesticides dans les jardins et cultures
  • accidents dus au trafic routier
  • prédation (les principaux prédateurs sont : blaireau d’Europe, hibou grand-duc, renard roux, sanglier, buse variable, chien, chat, fouine) ;
  • parasitisme (tiques, puces)
  • maladies infectieuses
  • accidents divers (noyade dans les piscines, chute dans les trous,...)
  • disparition du bocage
  • disparition des petits bois
  • cloisonnement trop parfait des jardins
  • séparation des jeunes et des adultes (mort des adultes, « enlèvement »...)
  • ingestion d’invertébrés contaminés par des pesticides

Comment aider le hérisson ?
Vous pouvez aider le hérisson de différentes façons notamment en l’invitant à s’installer dans votre Refuge LPO. Il pourra ainsi faire office « d’ insecticide naturel ». Il consommera les limaces et divers insectes de votre potager.

A faire

  • maintenir ou planter des haies
  • donner de la nourriture (reste de repas) uniquement en cas de disette fortement prolongée (périodes de longue sécheresse)
  • donner de l’eau (pas de lait) en cas de sécheresse
  • préparer un abri protégé des courants d’air, de l’ensoleillement direct et de l’humidité
  • installer une planchette rugueuse sur le bord de vos bassins pour qu’il puisse s’y agripper et ressortir (évite la noyade)
  • laisser une ouverture d’au moins 10 cm dans le bas de vos clôture de jardin.

A ne pas faire

  • ne pas déranger une famille de hérissons au nid
  • ne pas séparer les jeunes de leur mère ("éviter d’enlever un hérisson que vous trouveriez dans la nature. Il peut s’agir d’une mère à la recherche de nourriture pour ses petits)
  • ne pas donner à manger toute l’année (ce qui le détournerait de ses proies naturelles)
  • ne pas perturber un hérisson pendant son sommeil hivernal
  • ne pas répandre de produits chimiques dans son jardin.
  • ne pas brûler les tas de feuilles sèches en hiver et au printemps.

Statut

  • Espèce intégralement protégée (Protection nationale de l’espèce et de son habitat (arrêté du 23 avril 2007 publié le 10 mai 2007) Article L.411-1 du Code de l’Environnement).
  • Il est donc interdit, en tout temps et sur tout le territoire français, de détruire, capturer ou enlever, de naturaliser qu’il soit vivant ou mort, de transporter, d’utiliser, de commercialiser le hérisson d’Europe.